Omégas 3:6:9 retrouver l’équilibre


Uncategorized / lundi, février 26th, 2018

Notre alimentation moderne regorge de graisses en tout genre mais elles ne sont pas toutes équivalentes, n’ont pas les même fonctions et interagissent entre elles. Quels effets sur votre peau? Si vous consommez des mauvaises graisses votre sébum va boucher vos pores et vous faire des boutons.

D’une part nous consommons quotidiennement trop de graisses et d’autre part pas forcément les bonnes. De plus en plus de recherches montrent qu’un apport adéquat en acides gras indispensables  est aussi important que d’avoir assez de vitamines quotidiennement. Ils jouent un rôle important dans l’acné et induisent aussi une diminution de la sécheresse et des démangeaisons de la peau. Ils préservent sa jeunesse et son éclat.

Les graisses sont classées en fonction des acides gras qui les composent. On distingue les acides gras saturées, monoinsaturées et polyinsaturées. . Les acides gras saturées ne peuvent plus accepter d’atome d’hydrogène, les acides gras monoinsaturées peuvent en accepter un et les acides gras polyinsaturées peuvent en accepter plusieurs. Ils peuvent être cis ou trans. La configuration cis courbe la chaîne hydrocarbonée fluidifiant les bicouches lipidiques, ce qui rend notamment votre peau souple. Les acides gras trans étant à éviter.

De manière générale les graisses saturées sont pro acnéiques. Ils s’agit des laitages et de la viande et du gras des ruminants. Les acides gras saturés trans sont majoritairement issus de l’hydrogénation qui est un processus industriel destiné à rendre liquides les graisses à température ambiante alors qu’elles ne devraient pas l’être. Ils sont donc à éviter car mauvais pour votre santé et pour votre peau. Une exception cependant, l’huile de coco. Elle est principalement constituée d’acides gras saturés (on évitera de se la mettre sur le visage) mais naturels et elle a des propriétés antibactériennes et fongicides de part l’acide caprylique et l’acide laurique. Elle est donc très intéressante!

Les acides gras insaturés sont bons pour la santé. Les acides gras insaturés naturels adoptent généralement une configuration cis, qui est celle qui nous intéresse.

Les acides gras monoinsaturés sont principalement constitués des Oméga-9.

Les Oméga-9: ce sont des acides gras monoinsaturés. Ce ne sont pas des acides gras indispensables. Le principal est l’acide oléique.L’huile d’olive contient une forte concentration: 55 à 80%. On la choisira impérativement vierge  extra de première pression à froid car beaucoup d’huiles d’olive sont de piètre qualité. Vous en perdririez les bienfaits et risqueriez d’augmenter votre production de sébum. On en trouve aussi dans l’avocat et les noisettes.

Les acides gras polyinsaturés sont principalement d’origine végétale. On en trouve dans les graines de lin et les noix. Parmi les acides gras polyinsaturées on compte les acides gras indispensables.

Les acides gras essentiels: acide gras jouant un rôle vital pour votre corps mais pouvant être synthétisé par l’Homme.

Acides gras indispensables (anciennement vitamine F): acides gras que vous ne pouvez synthétiser et qui doivent donc être apportés par l’alimentation, ce sont l’acide linoléique et l’acide linolénique. L’ensemble de leurs dérivés est classé en acides gras Oméga-3 et acide gras Oméga-6. Ces deux familles sont indépendantes, on ne peut fabriquer les acides gras de l’une à partir de l’autre.

L’acide alpha-linolénique est le précurseur de la famille des Oméga-3.

L’acide linoléique est le précurseur de la famille des Oméga-6.

Les Oméga-3: Ils sont anti-inflammatoires car ils induisent la production d’eicosanoïdes de série 3. D’autre part ils sont précurseurs de l’acide docosahexaénoïque qui est bon pour le cerveau, la formation des spermatozoïdes et le développement de la rétine.

Les Oméga-6: Ils sont pro-inflammatoires et majoritairement présents dans notre alimentation moderne et raffinée. Ils sont contenus dans l’huile de tournesol, et d’arachide

Les acides gras Oméga 3 et Oméga 6 sont des constituants des membranes cellulaires. Ils jouent donc un rôle important pour votre peau. Or ils sont en compétition dans l’organisme les enzymes utilisées pour métaboliser les uns n’étant plus utilisables pour métaboliser les autres. Ce qui importe c’est le rapport Oméga-6/Oméga-3. Il faudrait 1 Oméga-3 pour 5 Oméga-6 au maximum, malheureusement nous avons tendance à nous approcher plutôt  d’1 Oméga-3 pour 20 Oméga-6 ce qui est pro-inflammatoire et entraîne une prise de poids.

On cherchera donc à minimiser les apports en Oméga-6, donc de plats préparés, de frites, de gâteaux, de viennoiseries, de graisses animales, de laitages. Les Oméga-3 eux se trouvent dans les noix, les graines de lin, les graines de chia, le saumon et les poissons gras (sardines, maquereaux, anchois, thon, etc.), l’huile de colza, la mâche, les œufs de poules bio et la spiruline.

Consommez vous assez d’Oméga-3?

Une réponse à « Omégas 3:6:9 retrouver l’équilibre »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *